À propos de l'auteur : Mathieu Menossi

"Viva Italia" sont les premiers sons sortis de sa bouche il y a fort longtemps. Quand il ne fait pas du shopping pour remplir sa garde-robe du cuir de Serpico, des chaussures d'Humphrey Bogart ou du béret de Bourvil, c'est pour contempler les mille et un DVD encore sous cellophane achetés de façon compulsive à la Fnac Saint-Lazare. Il aime le cinéma italien qui lui rappelle qu'il n'est toujours pas bilingue, Hitchcock, Tarkovski et Hutch. Aime à se répéter qu'il a des faux airs à Tyrion Lannister, le regard perçant comme un tapis et le crâne aussi sexy que celui de Vic Mackey. Veut toujours aller au Max Linder ou au MK2 Quai de Loire alors qu'il habite au-dessus du Pathé Wepler. Snobisme parisien qui lui vaut de s'entendre dire à longueur de journée par ses acolytes grandécartiens : "Petit con de bobo !"

Écrit par Mathieu Menossi

  • C’est l’état de siège à l’Aquarius, immeuble vétuste, ou vintage (question de point de vue), construit dans les années 1940, à Recife, le long de la très convoitée avenida Boa Viagem. Retranchée dans...

    Aquarius, de Kleber Mendonça Filho

    C’est l’état de siège à l’Aquarius, immeuble vétuste, ou vintage (question de point de vue), construit dans les années 1940, à Recife, le long de la très convoitée avenida Boa Viagem. Retranchée dans...

    Lire la suite...

  • Des Dardenne à la peine - <em>La Fille inconnue</em>, c’est cette jeune femme à laquelle Jenny (Adèle Haenel), médecin généraliste à Seraing dans la province de Liège, n’ouvrira pas la porte...

    La Fille inconnue, de Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Des Dardenne à la peine - La Fille inconnue, c’est cette jeune femme à laquelle Jenny (Adèle Haenel), médecin généraliste à Seraing dans la province de Liège, n’ouvrira pas la porte...

    Lire la suite...

  • Ados de la route - Chez Andrea Arnold, on ne prend jamais les mêmes et surtout on ne recommence pas. Après son « puzzle » d’écrans vidéo dans les bas-fonds de Glasgow (<em>Red Road</em>), après...

    American Honey, d’Andrea Arnold

    Ados de la route - Chez Andrea Arnold, on ne prend jamais les mêmes et surtout on ne recommence pas. Après son « puzzle » d’écrans vidéo dans les bas-fonds de Glasgow (Red Road), après...

    Lire la suite...

  • Le cinéma de Koji Fukada, c’est cette douceur apparente dissimulant de multiples tensions en filigrane. Douceur de vivre, des cadres, des mouvements. Tensions intimes, sociales, écologiques…

    Harmonium, de Koji Fukada

    Le cinéma de Koji Fukada, c’est cette douceur apparente dissimulant de multiples tensions en filigrane. Douceur de vivre, des cadres, des mouvements. Tensions intimes, sociales, écologiques…

    Lire la suite...

  • <em>« Loïe Fuller : l’icône de la Belle Epoque »</em>… C’est à la lecture de cette simple note apposée au bas d’une photographie noir & blanc que Stéphanie di Giusto a eu envie d’en savoir plus sur cette jeune fille...

    La Danseuse, de Stéphanie di Giusto

    « Loïe Fuller : l’icône de la Belle Epoque »… C’est à la lecture de cette simple note apposée au bas d’une photographie noir & blanc que Stéphanie di Giusto a eu envie d’en savoir plus sur cette jeune fille...

    Lire la suite...

  • Osgood « Oz » Perkins, acteur et fils du très tranchant Anthony Perkins (inoubliable Norman Bates de <em>Psychose</em> d’Alfred Hitchcock), signe ses débuts derrière la caméra...

    February, d’Oz Perkins

    Osgood « Oz » Perkins, acteur et fils du très tranchant Anthony Perkins (inoubliable Norman Bates de Psychose d’Alfred Hitchcock), signe ses débuts derrière la caméra...

    Lire la suite...

  • Gérardmer, il y a 10 ans… En 1996, Chabrol a 66 ans… Un bel âge, diabolique à souhait, qui, n’y voyons pas de hasard, lui vaut d’être appelé à rejoindre...

    Alice ou la Dernière Fugue, de Claude Chabrol

    Gérardmer, il y a 10 ans… En 1996, Chabrol a 66 ans… Un bel âge, diabolique à souhait, qui, n’y voyons pas de hasard, lui vaut d’être appelé à rejoindre...

    Lire la suite...

  • Ah <em>Dheepan</em>, <em>Dheepan</em>, <em>Dheepan</em>… La presse l’a dit, nous l’avons dit, on le redit. Ce n’est pas toujours pour son meilleur film que l’on finit palmé...

    Dheepan, de Jacques Audiard

    Ah Dheepan, Dheepan, Dheepan… La presse l’a dit, nous l’avons dit, on le redit. Ce n’est pas toujours pour son meilleur film que l’on finit palmé...

    Lire la suite...

  • <em>« Ce qui est fait ne peut être défait… »</em> - Lady Macbeth. Et c’est bien dommage tant cette nouvelle déclinaison cinématographique du chef-d’œuvre tragique de...

    Macbeth, de Justin Kurzel

    « Ce qui est fait ne peut être défait… » - Lady Macbeth. Et c’est bien dommage tant cette nouvelle déclinaison cinématographique du chef-d’œuvre tragique de...

    Lire la suite...

  • Piqûre de jouvence C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes… Ok, elle est facile. N’empêche que ce bon vieil adage colle à merveille au casting cinq-étoiles-vermeille de...

    Youth, de Paolo Sorrentino

    Piqûre de jouvence C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes… Ok, elle est facile. N’empêche que ce bon vieil adage colle à merveille au casting cinq-étoiles-vermeille de...

    Lire la suite...

  • Des sabres et des “H” A l’exception d’un film de commande pour le musée d’Orsay en 2007, Le Voyage du ballon rouge, voilà dix ans, depuis Three Times, que Hou...

    The Assassin, de Hou Hsiao-hsien

    Des sabres et des “H” A l’exception d’un film de commande pour le musée d’Orsay en 2007, Le Voyage du ballon rouge, voilà dix ans, depuis Three Times, que Hou...

    Lire la suite...

  • Avec <em>Mia madre</em>, Nanni Moretti renoue avec la veine autobiographique, tout en se gardant bien de venir occuper le haut de l’affiche. Une habitude, désormais, chez Moretti. Rencontre.

    Rencontre avec Nanni Moretti et Margherita Buy

    Avec Mia madre, Nanni Moretti renoue avec la veine autobiographique, tout en se gardant bien de venir occuper le haut de l’affiche. Une habitude, désormais, chez Moretti. Rencontre.

    Lire la suite...

  • Le film de ma mère Mia madre, c’est « un film qui m’a vidé totalement », confesse bien volontiers Nanni Moretti. On le croit sur parole tant le cinéaste signe...

    Mia madre, de Nanni Moretti

    Le film de ma mère Mia madre, c’est « un film qui m’a vidé totalement », confesse bien volontiers Nanni Moretti. On le croit sur parole tant le cinéaste signe...

    Lire la suite...

  • <em>C’era una volta…</em> Ancré dans le ciment d’un réalisme pur et dur avec <em>Gomorra</em>, le cinéma de Matteo Garrone avait déjà initié son glissement au-delà des frontières du réel au fil de son...

    Tale of Tales, de Matteo Garrone

    C’era una volta… Ancré dans le ciment d’un réalisme pur et dur avec Gomorra, le cinéma de Matteo Garrone avait déjà initié son glissement au-delà des frontières du réel au fil de son...

    Lire la suite...