Cinéma à la une
0

Le panier garni de l’automne 2017

Pour cette rentrée automnale 2017, nous décidons de mettre les petits plats dans les grands. Alors ne la jouons pas petit bras, inutile de mégotter, envoyons du lourd ! Dont acte. C’est juré, promis, craché, les nouveautés des Editions Montparnasse sollicitent les neurones autant qu’elles piquent la curiosité. Au programme de ces réjouissances pour le moins hétéroclite : le coffret des œuvres essentielles de Jean-Bat’ Poquelin, le Paris des cinéastes de la Nouvelle Vague, deux Wajda inédits qui risquent de vous secouer méchamment les tripes, un documentaire bien barré ou le bonheur de retrouver la fantaisie d’Arthur Joffé, un étonnant dessin animé brésilien présenté au Festival d’Annecy (le plus beau des festivaux !) et, pour terminer en beauté, du vagabondage philosophique qui ne vous fera ni mal aux pieds ni à la tête.

Le coffret « Comédie française ». 5 pièces de Molière

Michel Duchaussoy dans L'AvareL’Avare. Mise en scène de Jean-Paul Roussillon avec Jacques Eyser dans le rôle d’Anselme, Jean-Paul Roussillon dans le rôle de La Flèche, Michel Aumont dans le rôle d’Harpagon…

Michel Aumont, en Harpagon grisâtre et nerveux, balaie la scène comme si le percepteur était à ses trousses. Inapte au bonheur, le plus radin des antihéros brasse le vent, pétri de désirs mais résistant à toutes les tentations, surtout celles qui lui en coûteraient. Un sou est un sou. Aumont, c’est l’acteur qui a le verbe haut mais qui, en même temps, sait faire montre d’une extrême douceur. Ces sautes d’humeur nous terrassent ! La mise en scène de Jean-Paul Roussillon épurée à l’extrême n’a jamais été aussi juste, et riche. Du grand art ! (Lire la suite…)

0

La Belle et la Meute, de Kaouther Ben Hania

La plus belle n’ira plus danser

La Belle et la Meute, de Kaouther Ben HaniaMariam est comme toutes les jeunes filles de son âge. Elle aime aller en discothèque, s’amuser, prendre des selfies, s’habiller un peu sexy et pourquoi pas, aller prendre l’air avec ce beau ténébreux qui la dévisage tant. Mais après ces premières minutes idylliques, l’enfer se glisse sous ses pas. Une ellipse la présente en train de courir dans la rue, en larmes, poursuivie par le ténébreux en question qui la prend dans ses bras pour la calmer. La belle vient de se faire violer collectivement par une meute de policiers. Elle décide de porter plainte et de réclamer justice, coûte que coûte, mais elle ira de situation kafkaïenne en absurdité désespérante. Car, on a oublié de le préciser, mais ce détail a toute son importance, Mariam vit en Tunisie. Et malgré le Printemps arabe, les jeunes filles restent des victimes dont on tait la souffrance, la corruption est toujours prégnante, la police n’est qu’une parodie d’elle-même à la solde des politiques et toute affaire de mœurs est forcément de la faute des femmes.

Car c’est de la faute de Mariam si elle est sortie dans la rue, si elle a embrassé un preux chevalier, un outrage pur et dur. C’est encore de sa faute, si habillée d’une robe courte et maquillée à l’européenne, sans voile, elle a aguiché sans le savoir, sans le vouloir, une horde de policiers dénués d’âme qui la filment tout en la fustigeant. C’est encore de sa faute si aucune clinique privée ne veut la prendre en charge, s’il faut un dépôt de plainte au commissariat pour pouvoir être auscultée, si personne ne peut et ne veut l’aider. Et son seul roc, ce garçon inconnu qui la suit malgré tout et tente de la soutenir, est victime à son tour. Coupable d’avoir fait partie des émeutiers, d’être anti-système. (Lire la suite…)

Mots-clés : , ,
0

Numéro une, de Tonie Marshall

Femme des années 2010

Numéro une, de Tonie MarshallEmmanuelle Blachey (Emmanuelle Devos) est, pour faire court, ce qui se fait de mieux dans le milieu des affaires. Brillante, volontaire, capable à la fois d’emmener son enfant à l’école le matin, d’entretenir une sincère relation amoureuse, de tenir tête à de nombreux dirigeants lors d’un conseil d’administration et même de sortir à un client important des blagues super cool en chinois, la chef d’entreprise en jette sévère. Et en plus, elle est modeste ! Alors, le jour où un réseau de femmes l’approche et lui propose de prendre la tête d’une entreprise du CAC40, elle tombe des nues. Quoi ? La femme parfaite qui deviendrait la première à parvenir à un tel poste ? Non, non, le monde préfère les hommes cupides, violents, calculateurs. Qui veulent rester entre hommes.

Parce qu’elle est parfaite, Emmanuelle Blachey n’a jamais songé à occuper un tel poste. Elle a beau diriger le géant français de l’énergie, elle ne réalise pas que c’est en étant en haut de la pyramide qu’on arrive à faire bouger les lignes. Bizarre… Mais finalement, elle change d’avis et la voici lancée dans une guerre fratricide avec Jean Beaumel (Richard Berry), le « méchant » dirigeant qui tire toutes les ficelles du pouvoir et qui est tellement persuadé qu’une femme n’arriverait jamais à obtenir une telle nomination qu’il préfère se faire seconder par Marc Ronsin (Benjamin Biolay), l’apprenti « méchant ».

Numéro une a deux mérites. Tout d’abord celui d’aborder ce monde mesquin du CAC40 qui agit comme un plafond de verre pour les femmes. La réalisatrice Tonie Marshall a bien étudié le sujet, d’autant plus qu’elle a demandé à Raphaëlle Bacqué, grand reporter au Monde, de l’aider sur le scénario. L’autre mérite est d’avoir choisi Emmanuelle Devos pour incarner cette madame Blachey qui serait un mix parfait entre Anne Lauvergeon, Laurence Parisot et Claire Pedini. Grâce à son grand talent d’actrice, elle sait nous révéler à quel point le pouvoir n’est qu’un rapport de séduction étriqué entre hommes et femmes. (Lire la suite…)

Les derniers articles