critiques Cannes

Les critiques des films du Festival de Cannes, de la sélection Un Certain Regard, de la Quinzaine des réalisateurs et de la Semaine de la critique 2011.

  • Le gamin au couteau La Fille inconnue avait donné le ton. Pour parler de la question des sans-papiers, les cinéastes mettaient le focus sur une jeune médecin belge et sa...

    Le Jeune Ahmed, de Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Le gamin au couteau La Fille inconnue avait donné le ton. Pour parler de la question des sans-papiers, les cinéastes mettaient le focus sur une jeune médecin belge et sa...

    Lire la suite...

  • En annonçant dans la sélection Un Certain Regard la présence inattendue de Christophe Honoré, Thierry Frémaux avait décrit le réalisateur-dramaturge-romancier en Sacha Guitry contemporain...

    Chambre 212, de Christophe Honoré

    En annonçant dans la sélection Un Certain Regard la présence inattendue de Christophe Honoré, Thierry Frémaux avait décrit le réalisateur-dramaturge-romancier en Sacha Guitry contemporain...

    Lire la suite...

  • La beauté du geste Faire un film d’époque et sur la peinture est toujours casse-gueule. Un défi que Céline Sciamma remporte haut la main, tant son film n’est pas ampoulé,...

    Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma

    La beauté du geste Faire un film d’époque et sur la peinture est toujours casse-gueule. Un défi que Céline Sciamma remporte haut la main, tant son film n’est pas ampoulé,...

    Lire la suite...

  • Là-haut sur la colline Les premières notes de I’m a Passenger d’Iggy Pop se font entendre alors que Cristi et son air soupçonneux débarquent aux Canaries. Le ton est donné....

    Les Siffleurs, de Corneliu Porumboiu

    Là-haut sur la colline Les premières notes de I’m a Passenger d’Iggy Pop se font entendre alors que Cristi et son air soupçonneux débarquent aux Canaries. Le ton est donné....

    Lire la suite...

  • Le premier jour d’un condé Avant même que Ladj Ly ne foule les marches de Cannes, on ne se référait qu’à La Haine pour parler des Misérables. Les deux films...

    Les Misérables, de Ladj Ly

    Le premier jour d’un condé Avant même que Ladj Ly ne foule les marches de Cannes, on ne se référait qu’à La Haine pour parler des Misérables. Les deux films...

    Lire la suite...

  • Quel que soit le genre auquel il se confronte, Jim Jarmusch imprime sa patte. Le western de <em>Dead Man</em>, le road-movie de <em>Broken Flowers</em>, les vampires de <em>Only Lovers Left Alive</em> et désormais les...

    The Dead Don’t Die, de Jim Jarmusch

    Quel que soit le genre auquel il se confronte, Jim Jarmusch imprime sa patte. Le western de Dead Man, le road-movie de Broken Flowers, les vampires de Only Lovers Left Alive et désormais les...

    Lire la suite...

  • 25 ans d’attente, plusieurs versions de scénarios, un tournage annulé au bout de cinq jours - mais un making of resté dans l’histoire -, trois changements de casting et des procès à la pelle...

    L’Homme qui tua Don Quichotte, de Terry Gilliam

    25 ans d’attente, plusieurs versions de scénarios, un tournage annulé au bout de cinq jours - mais un making of resté dans l’histoire -, trois changements de casting et des procès à la pelle...

    Lire la suite...

  • Secret Sunset - Un triangle amoureux, une scène de grâce au soleil couchant, des personnages énigmatiques, des rivalités autant amoureuses que sociales, un chat qui n’existe peut-être pas...

    Burning, de Lee Chang-dong

    Secret Sunset - Un triangle amoureux, une scène de grâce au soleil couchant, des personnages énigmatiques, des rivalités autant amoureuses que sociales, un chat qui n’existe peut-être pas...

    Lire la suite...

  • 12 battements par heure - Jacques est écrivain. Il a la trentaine qui galope vers la quarantaine, vit dans le 13<sup>e</sup> arrondissement, est homosexuel, a un enfant, le sida et les poches percées...

    Plaire aimer et courir vite, de Christophe Honoré

    12 battements par heure - Jacques est écrivain. Il a la trentaine qui galope vers la quarantaine, vit dans le 13e arrondissement, est homosexuel, a un enfant, le sida et les poches percées...

    Lire la suite...

  • Sous le vernis - Après <em>The Myth of the American Sleepover</em> et <em>It Follows</em>, présentés à la Semaine de la critique, David Robert Mitchell, qui filme si bien les piscines, se retrouve dans le grand bain de la...

    Under the Silver Lake, de David Robert Mitchell

    Sous le vernis - Après The Myth of the American Sleepover et It Follows, présentés à la Semaine de la critique, David Robert Mitchell, qui filme si bien les piscines, se retrouve dans le grand bain de la...

    Lire la suite...

  • D’enfant terrible de Cannes, où il a présenté quasiment tous ses films, le plus souvent en compétition, à <em>persona non grata</em> et aujourd’hui un retour profil bas après avoir été repêché <em>in extremis</em> hors...

    The House that Jack Built, de Lars von Trier

    D’enfant terrible de Cannes, où il a présenté quasiment tous ses films, le plus souvent en compétition, à persona non grata et aujourd’hui un retour profil bas après avoir été repêché in extremis hors...

    Lire la suite...

  • La réalité du marché - Après le Thierry de <em>La Loi du marché</em></a>, voici Laurent, syndicaliste CGT d’une usine de sous-traitance automobile dont la fermeture est annoncée. Parce qu'elle...

    En guerre, de Stéphane Brizé

    La réalité du marché - Après le Thierry de La Loi du marché, voici Laurent, syndicaliste CGT d’une usine de sous-traitance automobile dont la fermeture est annoncée. Parce qu'elle...

    Lire la suite...

  • Victime émouvante - Heureusement que Pierre Salvadori est là : on en avait presque oublié que l’on peut faire des comédies françaises drôles, intelligentes et enlevées. Comme un mélange de ses...

    En liberté !, de Pierre Salvadori

    Victime émouvante - Heureusement que Pierre Salvadori est là : on en avait presque oublié que l’on peut faire des comédies françaises drôles, intelligentes et enlevées. Comme un mélange de ses...

    Lire la suite...

  • Humour noir - On avait un peu perdu de vue Spike Lee, lui qui fut découvert en 1986 avec <em>Nola n’en fait qu’à sa tête</em> - nommé pour la Caméra d’or à Cannes - puis <em>Do the Right Thing</em>, en...

    BlacKkKlansman, de Spike Lee

    Humour noir - On avait un peu perdu de vue Spike Lee, lui qui fut découvert en 1986 avec Nola n’en fait qu’à sa tête - nommé pour la Caméra d’or à Cannes - puis Do the Right Thing, en...

    Lire la suite...