fétiches

Le cinéma ce n’est pas que l’actualité. Jour après jour, Grand Écart remplit ici sa dvdthèque idéale.

  • Depuis le 3 octobre dernier, date à laquelle débutait le Festival Lyon Lumière, je regarde des films de guerre et  notamment <em>The Story of G.I. Joe</em>...

    The Story of G.I. Joe, de William A. Wellman

    Depuis le 3 octobre dernier, date à laquelle débutait le Festival Lyon Lumière, je regarde des films de guerre et notamment The Story of G.I. Joe...

    Lire la suite...

  • <em>Häxan</em> et <em>Cagliostro</em> sortent enfin de l’ombre et des fonds de tiroirs. Tournés dans les années 1920, leur destin s’est cristallisé dans la poussière et l’oubli, mais les œuvres, même les plus confidentielles...

    Häxan, de Benjamin Christensen et Cagliostro, de Richard Oswald

    Häxan et Cagliostro sortent enfin de l’ombre et des fonds de tiroirs. Tournés dans les années 1920, leur destin s’est cristallisé dans la poussière et l’oubli, mais les œuvres, même les plus confidentielles...

    Lire la suite...

  • Une sélection de westerns tranchante et tendue avec des petits gars qu’en ont gros sur la patate...

    Sélection Westerns – Mordez la poussière ! #1

    Une sélection de westerns tranchante et tendue avec des petits gars qu’en ont gros sur la patate...

    Lire la suite...

  • Réalisé en 1973, <em>Portier de nuit</em> sort enfin en DVD en France. Censuré en Italie et un peu partout ailleurs à sa sortie, le film est pourtant bien plus qu’une production érotico-scandaleuse...

    Portier de nuit, de Liliana Cavani

    Réalisé en 1973, Portier de nuit sort enfin en DVD en France. Censuré en Italie et un peu partout ailleurs à sa sortie, le film est pourtant bien plus qu’une production érotico-scandaleuse...

    Lire la suite...

  • Attention la critique qui suit usera de bien trop d’adjectifs dithyrambiques, mais comment évoquer le nouveau film de Nicolas Winding Refn sans en rajouter des caisses. A l’instar du morceau d’ouverture...

    Drive, de Nicolas Winding Refn

    Attention la critique qui suit usera de bien trop d’adjectifs dithyrambiques, mais comment évoquer le nouveau film de Nicolas Winding Refn sans en rajouter des caisses. A l’instar du morceau d’ouverture...

    Lire la suite...

  • Avec <em>La Soif du mal</em>, Orson Welles signait son retour après dix ans d'interdiction de cité dans les studios californiens. Exilé en Europe, Universal lui ouvre à nouveau ses portes en 1957, non sans quelques...

    La Soif du mal, d’Orson Welles

    Avec La Soif du mal, Orson Welles signait son retour après dix ans d'interdiction de cité dans les studios californiens. Exilé en Europe, Universal lui ouvre à nouveau ses portes en 1957, non sans quelques...

    Lire la suite...

  • Ecoutez un peu : contraint au service militaire, affecté alors en Algérie aux Paras, Yann Le Masson part faire la guerre. A son retour, traumatisé par ce qu’il a vécu, il devient paranoïaque et, prenant...

    Le cinéma paradise de Yann Le Masson

    Ecoutez un peu : contraint au service militaire, affecté alors en Algérie aux Paras, Yann Le Masson part faire la guerre. A son retour, traumatisé par ce qu’il a vécu, il devient paranoïaque et, prenant...

    Lire la suite...

  • De Michel Audiard, l’Histoire oublieuse a tendance à se rappeler uniquement d’une scène de murge dans la cuisine du Mexicain, où un Lino Ventura disert évoque Lulu la Nantaise puis...

    Vive la France, de Michel Audiard

    De Michel Audiard, l’Histoire oublieuse a tendance à se rappeler uniquement d’une scène de murge dans la cuisine du Mexicain, où un Lino Ventura disert évoque Lulu la Nantaise puis...

    Lire la suite...

  • 1980. La puissance des fleurs a disparu, le nihilisme rigolard du punk aussi. Finie l'insouciance sucrée des <em>sixties</em>, évaporée la rébellion opiacée des <em>seventies</em>. Pour incarner ce changement, l'Angleterre...

    Eraserhead, de David Lynch

    1980. La puissance des fleurs a disparu, le nihilisme rigolard du punk aussi. Finie l'insouciance sucrée des sixties, évaporée la rébellion opiacée des seventies. Pour incarner ce changement, l'Angleterre...

    Lire la suite...

  • Twin Peaks ? 51 201 habitants. Laura Palmer ? Retrouvée morte dans un sac plastique. Chargé de l'enquête ? Dale Cooper, FBI, amateur de tartes. Visible ? A partir du 19 avril sur Arte...

    L’étrange normalité de Twin Peaks

    Twin Peaks ? 51 201 habitants. Laura Palmer ? Retrouvée morte dans un sac plastique. Chargé de l'enquête ? Dale Cooper, FBI, amateur de tartes. Visible ? A partir du 19 avril sur Arte...

    Lire la suite...

  • Après « fumer tue », qui ne terrorise plus grand monde à force de le lire, « manger tue » semble être la nouvelle sentence définitive et universelle à la mode. Dix, voire cinquante degrés d'un coup sont...

    The Wicker Man, de Robin Hardy

    Après « fumer tue », qui ne terrorise plus grand monde à force de le lire, « manger tue » semble être la nouvelle sentence définitive et universelle à la mode. Dix, voire cinquante degrés d'un coup sont...

    Lire la suite...

  • Force est de constater que lorsque je parle de Stanley Kubrick pour la première fois avec quelqu’un, la conversation s’oriente toujours vers <em>Eyes Wide Shut</em>. Est-ce parce que c’est le dernier film du...

    Voir et revoir Kubrick

    Force est de constater que lorsque je parle de Stanley Kubrick pour la première fois avec quelqu’un, la conversation s’oriente toujours vers Eyes Wide Shut. Est-ce parce que c’est le dernier film du...

    Lire la suite...

  • Je n’aime plus Paris. Vieille ville embaumée, elle ne m’évoque que le spleen de Baudelaire et l’errance d’un feu follet, l’acteur Maurice Ronet. Dans le film de Louis Malle, un...

    Le Feu follet de Louis Malle

    Je n’aime plus Paris. Vieille ville embaumée, elle ne m’évoque que le spleen de Baudelaire et l’errance d’un feu follet, l’acteur Maurice Ronet. Dans le film de Louis Malle, un...

    Lire la suite...

  • La trentaine passée, se manifeste cette nécessité absurde du retour aux sources. De répondre aux très quelconques "qui suis-je ?", "où vais-je ?", "d’où viens-je ?". D’Italie, en l'occurrence...

    Vacances romaines de William Wyler

    La trentaine passée, se manifeste cette nécessité absurde du retour aux sources. De répondre aux très quelconques "qui suis-je ?", "où vais-je ?", "d’où viens-je ?". D’Italie, en l'occurrence...

    Lire la suite...