Cosmopolis, de David Cronenberg

 

Cosmopolis, de David CronenbergAvec Cosmopolis, David Cronenberg sattaque luvre de lcrivain Don DeLillo. Hlas, si le cinaste parvient mettre en images un roman rput inadaptable, cest aussi son principal dfaut : David Cronenberg ne prend jamais ses distances avec une uvre purement littraire.

Depuis quarante ans, Don DeLillo crit des romans existentiels qui traitent autant de lamour que de la mort, du pouvoir que de la difficult de communiquer. La plume virtuose de lcrivain lui a permis de signer quelques-unes des uvres les plus fortes de la littrature amricaine contemporaine, parmi lesquelles Americana, Outremonde, Point omga, et bien sr Cosmopolis, chef-duvre philosophique sur la dliquescence du capitalisme.

Lorsque Don DeLillo publie Cosmopolis en 2003, il veut saisir la splendeur nauseuse de lconomie amricaine de la fin du XXe sicle, celle qui voit les start-up prolifrer et la spculation semballer, avant son clatement total : New York perd ses tours jumelles, symbole de sa suprmatie, et la rcession point. Cosmopolis met en scne Eric Packer, golden boy new-yorkais plus riche quun gagnant du Loto. Son existence indcente passe par une limousine longue comme un bateau, un appartement immense avec des toiles de matres et deux ascenseurs (le premier avance au quart de la vitesse normale et passe de la musique classique, le second se dplace au son dun rap soufi), et des centaines de millions dpenss chaque jour en Bourse. Ce jour-l, Eric Packer a dcid daller chez le coiffeur. Et ce ne sont ni les embouteillages ni les menaces son encontre qui vont le faire changer davis. Assis confortablement dans son palais roulant ultratechnologique, Eric ne se demande pas quelle coupe de cheveux il va choisir, mais pense aux impossibles fluctuations des devises sur lesquelles il parie, en compagnie de ses meilleurs experts.

  • best pharmacy
  • pharmacy books free download
  • pharmacy math
    • Particulirement dense, fait dautant de dialogues que de penses, difficile apprhender, Cosmopolis tait rput inadaptable. Pourtant, toute luvre de Don DeLillo est parseme de rfrences au cinma et plus gnralement limage de quoi faire de lil David Cronenberg, qui a dj su transposer lcran avec une rare intelligence les ouvrages de William Burroughs (Le Festin nu), de David Henry Hwang (M Butterfly) et de J. G. Ballard (Crash). Cronenberg fait donc le pari de ladaptation, et sen tient presque dogmatiquement au pitch du livre : seule lpoque est change (pour des besoins de contemporanit ?) et le yen, objet de convoitise dEric, fait place au yuan (le Japon ayant depuis longtemps laiss sa place la Chine sur lchiquier financier mondial). Le cinaste a bien compris lessence de luvre, et celle de son personnage : extrmement riche, extrmement possessif, extrmement autodestructeur ; Eric Packer est un superlatif.

      Avec une matrise vidente de la camra et de la mise en scne, Cronenberg filme parfaitement pour rendre la ralit dforme imagine par DeLillo, et vite lcueil de la voix off, souvent un aveu dchec de ladaptation. Il choisit une narration plus subtile, qui passe par les expressions et les images, celles quon voit, presque hors champ parfois, par les fentres de la voiture. Lhabilet avec laquelle, notamment, est filme la squence surraliste dimmolation publique, traduit un immense travail prparatoire et une volont forte de ne pas trahir Don DeLillo. Seulement, force de vouloir coller au roman, on souhaiterait le lire pour pouvoir prendre le temps de saisir chaque mot de dialogues fconds, chaque description dimages riches. Le roman Cosmopolis est dense, le film, surtout bavard. Certaines squences, bien trop rapides, laissent peine au spectateur le temps dassimiler ce quil vient de voir ou dentendre.

      Pour respecter un format grand public, Cronenberg fait malheureusement limpasse sur plusieurs lments cls, qui auraient pourtant pu donner son film une nouvelle dimension, plus dviante, plus psychanalytique un virage amorc avec le prcdent A Dangerous Method. Si la volont du cinaste de ne pas senfermer dans le cinma organique de ses dbuts est louable, on aurait aim quil laisse davantage sa marque sur Cosmopolis, quil prenne de la distance avec luvre de Don DeLillo, quil en extraie la force visionnaire. Au lieu de a, sinstalle la dsagrable impression de regarder les personnages lire des passages entiers du roman, et celle dassister une banale quoique jolie uvre de divertissement impression renforce par la prsence de Robert Twilight Pattinson lcran, aussi antipathique que son personnage. En somme, que retient-on de ce film ? Que Cosmopolis est un grand livre.

       
      Cosmopolis de David Cronenberg, avec Robert Pattinson, Juliette Binoche, Sarah Gadon, Paul Giamatti, Mathieu Amalric, KNaan… Canada, France, 2012. Sortie le 25 mai 2012. En comptition au 65e Festival de Cannes.

      » Retrouvez tout notre dossier ddi au 65e Festival de Cannes
      » Toutes les infos sur la bande originale de Cosmopolis avec Cinezik