À propos de l'auteur : JNB

De son vrai nom Jean-Nicolas Berniche alias Supercool. A bientôt 50 ans. Se tait la plupart du temps. A une fâcheuse tendance à abuser des jeux de mots et autres contrepèteries quand il ouvre la bouche. Films fétiches : Batman, Nanouk l’Esquimau et Fight Club. Aime le KKK : Kubrick, Kitano, Kurosawa. Voue un culte a Steven Seagal, surtout pour la partie musicale de sa carrière. A cru en Apichatpong Weerasethakul dès la première heure. A découvert tardivement Yann Le Masson et n’en est pas mécontent. Au cinéma, oblige sa copine à rester jusqu’à la fin du générique. A la maison, irradie l’écran avec tous les cinémas d’Asie sans exception. Aime les tatouages, les grosses cylindrées et l’expressionnisme allemand. Est totalement psychorigide sur tout ce qui concerne, de près ou de loin, l’orthographe, la syntaxe et la mise en pages. En un mot "qualité" aurait pu être son deuxième prénom. Mais en fait, c'est Bernard. C’est pourquoi il a été élu à l’unanimité Secrétaire de rédaction de Grand Écart. Entre autres.

Écrit par JNB

  • <em>Chronic</em> est un film froid et âpre. L’un de ceux qu’on ne regarde pas pour aller mieux. Ce qui n’en fait pas un mauvais film – bien au contraire...

    Chronic, de Michel Franco

    Chronic est un film froid et âpre. L’un de ceux qu’on ne regarde pas pour aller mieux. Ce qui n’en fait pas un mauvais film – bien au contraire...

    Lire la suite...

  • Portraits de femmes - Des films coréens exportés en France, on retient surtout des combats chorégraphiés, des policiers corrompus et une mafia toute-puissante. Une vision fantasmée de la...

    Rencontre avec Shin Su-won

    Portraits de femmes - Des films coréens exportés en France, on retient surtout des combats chorégraphiés, des policiers corrompus et une mafia toute-puissante. Une vision fantasmée de la...

    Lire la suite...

  • Bombe propre - Joachim Trier avait déjà gravi les marches du Festival de Cannes en section Un Certain Regard en 2011 pour le très sombre et réussi <em>Oslo, 31 août</em>. Le nom...

    Plus fort que les bombes, de Joachim Trier

    Bombe propre - Joachim Trier avait déjà gravi les marches du Festival de Cannes en section Un Certain Regard en 2011 pour le très sombre et réussi Oslo, 31 août. Le nom...

    Lire la suite...

  • New York, années 1950. Carol est riche et mariée, mère d’une petite fille. Therese est jeune et pauvre, vendeuse au rayon jouets d’un grand magasin. L’une est corsetée par un...

    Carol, de Todd Haynes

    New York, années 1950. Carol est riche et mariée, mère d’une petite fille. Therese est jeune et pauvre, vendeuse au rayon jouets d’un grand magasin. L’une est corsetée par un...

    Lire la suite...

  • Amour vache L’Islande est surtout connue pour ses aurores boréales. Ou alors pour sa musique, dignement représentée par Björk, aussi actrice à ses heures, et le magique groupe de post-rock...

    Béliers, de Grimur Hakonarson

    Amour vache L’Islande est surtout connue pour ses aurores boréales. Ou alors pour sa musique, dignement représentée par Björk, aussi actrice à ses heures, et le magique groupe de post-rock...

    Lire la suite...

  • Un film qui se réclame de Jean-Pierre Melville, une femme sublime, un flic qui ne sait plus trop différencier le bien du mal : c'est le polar selon Oh Seung-uk.

    Rencontre avec Oh Seung-uk

    Un film qui se réclame de Jean-Pierre Melville, une femme sublime, un flic qui ne sait plus trop différencier le bien du mal : c'est le polar selon Oh Seung-uk.

    Lire la suite...

  • Zut. On a connu Gus Van Sant très inspiré, le voici maladroit et ennuyeux à mourir.

    Sea of Trees, de Gus Van Sant

    Zut. On a connu Gus Van Sant très inspiré, le voici maladroit et ennuyeux à mourir.

    Lire la suite...

  • Projetés le même jour au Palais de ce 68e Festival de Cannes, An de Naomi Kawase et Notre petite sœur de Kore-eda Hirokazu. Deux films qui donnent du sens à la gastronomie...

    A table avec Naomi Kawase et Kore-eda Hirokazu

    Projetés le même jour au Palais de ce 68e Festival de Cannes, An de Naomi Kawase et Notre petite sœur de Kore-eda Hirokazu. Deux films qui donnent du sens à la gastronomie...

    Lire la suite...

  • En compétition au 68e Festival de Cannes Qui ? Guillaume Nicloux est un cinéaste dual. D’un côté des films mineurs – Le Poulpe, Holiday, La Clef -, de l’autre quelques...

    Valley of Love, de Guillaume Nicloux

    En compétition au 68e Festival de Cannes Qui ? Guillaume Nicloux est un cinéaste dual. D’un côté des films mineurs – Le Poulpe, Holiday, La Clef -, de l’autre quelques...

    Lire la suite...

  • En sélection Un Certain Regard 2015 – Film d’ouverture Qui ? L’année dernière, la cinéaste japonaise est repartie bredouille de la compétition cannoise, malgré un film magistral, Still the Water....

    An, de Naomi Kawase

    En sélection Un Certain Regard 2015 – Film d’ouverture Qui ? L’année dernière, la cinéaste japonaise est repartie bredouille de la compétition cannoise, malgré un film magistral, Still the Water....

    Lire la suite...

  • Sélection Un Certain Regard 2015 Qui ? Kiyoshi Kurosawa. En 1985, il était réalisateur de pinku eiga (The Excitement of the Do Re Mi Fa Girl, qui lui attire les...

    Vers l’autre rive, de Kiyoshi Kurosawa

    Sélection Un Certain Regard 2015 Qui ? Kiyoshi Kurosawa. En 1985, il était réalisateur de pinku eiga (The Excitement of the Do Re Mi Fa Girl, qui lui attire les...

    Lire la suite...

  • Hikikomori te salutant - Laurence Thrush met les pieds dans le plat et offre un long-métrage élégant et sobre « à la japonaise », qui dispense les paroles avec parcimonie mais les émotions avec abondance...

    Rencontre avec Laurence Thrush

    Hikikomori te salutant - Laurence Thrush met les pieds dans le plat et offre un long-métrage élégant et sobre « à la japonaise », qui dispense les paroles avec parcimonie mais les émotions avec abondance...

    Lire la suite...

  • Plutôt pour… Jay rencontre un garçon. Après avoir couché avec lui, celui-ci lui avoue qu’il lui a « refilé » quelque chose. Pas une maladie, mais une présence maléfique qui...

    It Follows, de David Robert Mitchell

    Plutôt pour… Jay rencontre un garçon. Après avoir couché avec lui, celui-ci lui avoue qu’il lui a « refilé » quelque chose. Pas une maladie, mais une présence maléfique qui...

    Lire la suite...

  • Portée aux nues en 2007 avec sa propre adaptation de Persepolis (coréalisée par Vincent Paronnaud), puis progressivement descendue de son piédestal avec un Poulet aux prunes joli mais trop propret...

    The Voices, de Marjane Satrapi

    Portée aux nues en 2007 avec sa propre adaptation de Persepolis (coréalisée par Vincent Paronnaud), puis progressivement descendue de son piédestal avec un Poulet aux prunes joli mais trop propret...

    Lire la suite...